TEMPLE OF BAAL, BRAN BARR : Interview de Amduscias

0

Amduscias, guitariste au sein de TEMPLE OF BAAL et de BRAN BARR, revient sur la création de TEMPLE OF BAAL mais parle également de matériel, de techniques et du prochain album de BRAN BARR !

Salut Amduscias. Quels sont les propos de la musique de TEMPLE OF BAAL, le/les sujet/s que tu abordes musicalement et dans les paroles ? Comme il y a eu pas mal d’évolution depuis le début, est ce que tu peux un peu nous en parler aussi ?

TEMPLE OF BAAL a commencé en 1998, en faisant du black metal assez basique, un mélange de black metal et de thrash metal. Et du black thrash on a évolué à partir de “Traitors To Mankind” (2005) quand j’ai acheté une guitare 7 cordes on a commencé à réinjecter plus de death metal dans le son, dans les influences du groupe. Parce que vu qu’on avait vécu aussi toute la grande période death metal finalement c’était un peu logique que les influences reviennent, peut être pas au premier plan mais voilà. Et du coup le propos a un petit peu évolué vers quelque chose qui mixe aujourd’hui le black metal et le death metal. On est passé par une période vraiment très black/death avec un coté death metal très prononcé et aujourd’hui avec le nouvel album “Mysterium” on est revenu à quelque chose d’un peu plus porté sur les atmosphères, toujours avec ceci dit par contre un son assez gros qui vient du death. Au niveau des paroles, on est très fidèles à ce qu’est le black metal, c’est-à-dire une musique, des paroles qui traitent de l’adoration de Lucifer, de Satan et des forces de la main gauche on va dire. (rire)

Pour des guitaristes qui ne sont pas forcement de grands spécialistes, qui peuvent être débutants dans le metal est ce que tu peux définir du coup, pour toi en temps que guitariste ou en temps que musicien… Qu’est ce que le black metal pour toi, qu’est ce qu’il faut pour qu’une musique metal soit black metal ?

C’est une bonne question, ça passe par le riffing. Le riffing black metal c’est, très souvent, des sonorités plus ouvertes que le son death metal ou trash, mais c’est une question de mode de jeu. C’est-à-dire que si on prend une rythmique thrash ou death on va avoir tendance à étouffer les cordes à faire du palm-mute comme ça. Alors que sur une rythmique black metal, on va plutôt avoir tendance à laisser les cordes résonner avec souvent une note grave en note pédale et avec une phrase qu’on va jouer sur une autre corde dans les aigües comme ça. Après il y a plein de variations, on utilise aussi les palm-mute etc mais c’est vrai que ces sonorités là vont tout de suite emmener l’auditeur vers quelque chose de plus black metal.

Quelle est la méthode de composition que tu utilises dans TEMPLE OF BAAL, vous procédez comment ?

Il y a pas vraiment de méthode, c’est-à-dire qu’il y a un riff… un riff va venir comme ça à n’importe quel moment un riff peut venir, ça dépend en fait.

C’est toi qui compose ? C’est un travail de groupe ?

C’est un travail de groupe, alors en fait chacun compose un petit peu dans son coin. Je compose beaucoup, Saroth, le deuxième guitariste compose aussi. On fait des compos chez nous, on enregistre des pré-maquettes chacun chez soi, et puis ensuite on les envoie aux autres membres du groupe. Et on les retravaille ensuite en répétition, chacun peut amener des idées de riffs supplémentaires, des idées d’arrangements supplémentaires et voilà, ça évolue comme ça.

Alors pour ceux qui te connaissent un petit peu, tu as un parcours musical qui est quand même très riche, qui n’est pas exclusivement metal d’ailleurs. Est-ce que tu peux me dire si ce parcours t’influence dans ce que tu fais dans TEMPLE OF BAAL et un petit peu comment ?

Je pense que c’est assez inconscient. C’est vrai que j’ai fait des études de musicologie et donc j’ai beaucoup travaillé la musique dite « savante », j’ai beaucoup travaillé l’harmonie, le solfège, j’ai lu des partitions d’orchestre etc. Alors, peut-être que j’en ai retiré un gout pour les sons un peu massifs, peut-être que cet espèce de goût pour un son de guitare massif et puis le travail un petit peu des arrangements etc m’est venu en raison d’un goût pour un son d’orchestre fourni ect.

Mais je confirme, c’est dense dans “Mysterium“. C’est vrai qu’on utilise le mot symphonique à tord et à travers dans le metal mais là pour le coup il y a une dimension symphonique. .

Peut-être, moi je m’en rends pas compte du tout parce que en fait, j’ai en même temps un énorme attachement pour le metal, j’écoute du metal tout le temps, dans tous les styles de metal ou presque et du coup avant tout c’est vrai que la culture qui sort de mes riffs, ce qui a créé TEMPLE OF BAAL c’est clairement le metal. Ca vient de la découverte d’IRON MAIDEN quand j’avais 12-13 ans et puis après ça a été le chemin vers l’extrême, de plus en plus. Et voilà, j’ai un énorme attachement pour le metal donc peut-être que l’écriture des morceaux de TEMPLE OF BAAL, tire un petit peu de certaines choses que j’ai pu écouter ou étudier auparavant, mais pour moi c’est pas si évident que ça.

Temple of baalOui, ce sont des outils en fait, c’est pas…

Oui, c’est peut-être des outils, ce parcours m’a permis en fait de comprendre la musique alors qu’avant j’étais vraiment vraiment dans le ressenti. Je le suis toujours mais quand j’écoute quelque chose aujourd’hui, je comprends exactement ce qui se passe. Inconsciemment je fais une analyse harmonique à l’oreille… Bon après on peut penser aussi que peut-être ça pervertit un petit peu le coté purement émotionnel de la chose parce que c’est vrai qu’au bout d’un moment quand tu écoutes de la musique, obligatoirement ton cerveau analyse ce qui se passe. Il n ‘est plus forcement dans le voyage, même s’il l’est aussi… mais c’est vrai que voilà j’ai toujours un coté analytique, une écoute analytique même quand j’écoute de la musique par plaisir.

Donc là tu parlais effectivement que tu as développé un gout pour le son massif, donc du coup on va rentrer dans le coté geek du coup. Au niveau du matériel, qu’est ce que tu utilises pour obtenir le son que tu veux dans TEMPLE OF BAAL ? Et là je crois aussi que tu as pas mal évolué depuis les débuts…

En fait c’est assez simple, j’ai cette guitare là depuis notre deuxième album “Traitors To Mankind”, c’est une Ibanez RG 1527 Prestige, sur laquelle j’ai mis des micros DiMarzio Evolution. En règle générale, la guitare rentre dans une Wah-Wah Cry Baby, dans un Tube Screamer TS9 et attaque un ampli Peavey 5150 en son crunch et puis voilà, il n’y a pas besoin de plus (rires).
Après oui je suis passé par plusieurs périodes, au début de TEMPLE OF BAAL j’avais une Pacifica, pareil avec des DiMarzio aussi mais qui étaient d’origine, mais j’ai acheté cette guitare là quand je suis passé sur 7 cordes. J’aime bien, j’aime bien les Ibanez, j’aime bien le manche, c’est pratique. Donc on est tout les deux, avec Saroth on utilise à peu près la même configuration avec des Peavey 5150, Tube Screamer moi j’ai une TS9, lui… ah il a une TS9 aussi je crois qu’il a eu une TS 808 aussi y a un moment quelque chose comme ça. Et puis la wah-wah cry baby. J’ai utilisé sur l’album aussi une Fender, une Stratocaster pour le son clair, une Strat style 60s Style je crois. C’est une Strat élaborée vintage, qui sort du custom shop, dont les pièces sont fabriquées au Mexique et puis qui est montée aux Etats-Unis. Et pour le son clair on avait mis cette guitare dans un Vox AC15, donc super son clair, magnifique son clair. Et on a utilisé aussi pour doubler les guitares un JCM 800 Kerry King Signature.

Et tu le boostais, tu le laissais tel quel ?

Impossible de le booster, on peut pas. C’est très étonnant, on a essayé de mettre une Tube Screamer devant et ça marche absolument pas, ça fait une espèce de larsen perpétuel c’est insupportable. De toute façon, il y a tellement de gain sur ce truc que c’est impossible, enfin ça sert à rien de le booster quoi.

C’est étonnant parce que Kerry King il est pas connu pour justement pour jouer avec des masses de gain.

Ben c’est vrai mais je sais pas comment il règle son truc mais cet ampli à un gain de fou. Alors peut-être qu’il met son gain à 2 je ne sais pas.

Alors, on va repenser aux débutants. Sur quoi tu as débuté, sur quel matériel tu as commencé par te stabiliser ?

Ma première guitare électrique c’était une Ibanez EX 140, une petite Ibanez avec un vibrato vintage qui marchait très bien et que j’ai gardée plusieurs années avant de passer en 93 sur une Yamaha Pacifica 621 qui était une petite Pacifica avec des micros quand même DiMarzio d’origine et qui coutait vraiment pas chère à l’époque, c’était ça qui était assez étonnant. Généralement c’est vrai que les micros DiMarzio à l’époque c’était un petit peu des micros qui étaient réservés pour des guitares…

Temple of baal
Haut de gamme, oui, je m’en rappelle…

Un petit peu chères… Et celle là à l’époque elle coutait moins de 3000 Francs et j’ai gardé toujours cette guitare, elle a un super son. Elle a même en son clair, tu peux avoir des sons qui rappellent des vieilles Stratocaster, c’est vraiment magnifique. Et elle a un son, avec le micro aigu, avec la saturation, bien particulier avec un coté haut medium qui perce bien qui est vraiment sympathique. Et puis voilà, là je suis revenu sur Ibanez avec celle-ci.

Quels conseils tu donnerais à un guitariste qui débute dans le metal, quelles sont les choses pour toi qui sont importantes, essentielles même ?

Travailler sa main droite (rires). Ne surtout pas négliger la main droite, moi je continue à la travailler tout le temps, il faut tout le temps, tout le temps, tout le temps travailler sa main droite et travailler au métronome. Si vous jouez pas en groupe, le jour où vous allez jouer en groupe et que vous allez jouer avec un batteur, si vous avez pas eu l’habitude de respecter un tempo etc ça va être un enfer.

Vous allez finir par vous y faire mais le mieux c’est quand même vraiment d’être super exigent, de travailler au métronome, avec une technique vraiment rigoureuse. J’avais un prof, j’ai pris assez peu de cours mais j’ai suivi quand même quelques cours un moment, et avec lui on a vraiment travaillés la technique de l’aller-retour avec l’aller sur le temps, le retour sur le demi-temps, 1 et 2 et 3 et 4. Et puis ensuite on passait en triolet avec une technique que j’ai gardée, que j’aime toujours beaucoup, je connais beaucoup de guitaristes qui quand je leur montre n’ont pas du tout l’habitude de ça mais moi j’aime bien, c’est aller-retour-aller, aller-retour-aller, aller-retour-aller sur les triolets.

Effectivement c’est pas courant.

Et sur les triolets je joue que comme ça.(présentation dans la vidéo)

Ce qui permet de donner l’accent sur le temps.

Ouai, et après sur les double-croches, ben aller-retour aller-retour… voilà. Et j’ai travaillé pas mal les gammes comme ça, les gammes de segovia, donc de guitare classique avec aller-retour, ensuite on faisait un parcours en croches, un parcours en triolets, un parcours en double-croches, on revenait en triolets et on finissait en croches. Et c’est vraiment vraiment vraiment important de travailler le mediator, franchement. Pour moi c’est vraiment la base, le coup de mediator, travailler vraiment la régularité rythmique et après effectivement tout en découle. Mais si on met l’accent que sur la main gauche, il y a un moment où on va se trouver un petit peu handicapé parce que… ça a été mon cas à un moment donc… j’ai dû vraiment travailler beaucoup pour rattraper ce retard.

Donc depuis que tu as débuté, ça fait un certain temps n’est ce pas, on a vu pas mal d’évolution justement au niveau du matériel de guitares. Donc du coup toi comment est ce que tu te sers de ces évolutions, comment ça t’a influencé aussi au niveau de la musique, de ta manière justement d’aborder le son, l’enregistrement ?

Oui, on est passé par une période où on a utilisé aussi des simulateurs d’ampli, des Pods et puis finalement on en ait revenu parce que c’est très pratique, c’est très bien pour faire des maquettes mais bon sur album c’est vrai qu’il manque un petit truc. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, l’enregistrement chez soi permet vraiment de faire beaucoup de choses et que quand j’étais gamin, quand j’ai commencé à faire de la guitare on avait pas du tout du tout ça quoi. Ceux qui avaient de la chance avaient un 4 pistes à cassette chez eux quoi (rire).

Et ça coutait une blinde.

Et ça coutait hyper cher. Là, aujourd’hui, l’enregistrement est vraiment hyper démocratisé. Alors évidemment, il y a une différence entre enregistrer une maquette chez soi et enregistrer tout un album, pour l’instant chez moi j’enregistre juste des pré-maquettes, j’enregistre pas tout un album à la maison. Mais aujourd’hui, si quelqu’un à l’envie de le faire il peut le faire, bon il faut s’équiper… il faut toujours s’équiper, ça coûte toujours cher mais c’est facile d’avoir un logiciel chez soi pour pouvoir enregistrer, faire du direct-disque hyper simplement, alors que c’était un rêve quand on a commencé. C’était même quasiment inimaginable. Donc oui au début, comme tout le monde, moi j’ai toujours gardé l’habitude d’avoir une feuille de papier et un stylo sur moi pour noter les riffs qui me passent par la tête, parce que même si aujourd’hui c’est super facile de brancher ta guitare dans ton ordinateur etc, l’inspiration peut venir n’importe quand et ça peut être… je sais pas, dans un train et voilà j’ai toujours gardé… Et bon c’est toujours important de savoir écrire un petit peu la musique je pense, pas forcement d’être une bête en solfège mais d’avoir quelques notions de solfège rythmique pour pouvoir noter ce qu’on a en tête.

Après, est-ce que le matos a influencé mon jeu de guitare ? Non… euh si, la wah-wah. Quand je me suis mis à la wawa dans les années 90 avec la folie GUNS’N’ROSES et METALLICA, euh ben voilà j’ai pas lâché ma wah-wah quoi, j’ai toujours ma wah-wah, je m’en sers toujours pour les solos. Mais j’ai pas mal aussi de pédales d’effets à la maison mais finalement je m’en sers jamais (rires). J’ai des trucs, j’ai un Phase 90 MXR, j’ai un Flanger MXR mais finalement c’est… disons que dans TEMPLE OF BAAL ça m’est pas utile. Peut-être que ça me serait utile si je faisais un style de musique différent, plus rock, planant… je sais pas, mais bon j’utilise assez peu de… Puis j’aime bien la simplicité, même en rajoutant même une seule pédale, j’ai remarqué : j’ai rajouté un delay que j’avais à la maison sur les derniers concerts et puis finalement je l’enclenchais jamais parce que c’est chiant d’enclencher un truc et de l’enlever et quand tu dois chanter en même temps, enfin c’est l’horreur quoi, j’ai du mal.

J’arrive pas trop à comprendre comment les mecs font avec des pedal-board avec 25 pédales et qui sont guitariste et chanteur en même temps mais euh il faut un mec qui appuie sur tes pédales à ta place quoi c’est pas possible. Moi j’y arrive pas, c’est impossible, le coté danseur de claquettes là… C’est vraiment pas mon truc.

Tu ne t’exprimes pas que musicalement au travers de TEMPLE OF BAAL, tu as aussi d’autres projets. Est-ce que tu veux bien nous en parler un tout petit peu pour les gens qui seraient curieux de suivre aussi ce que tu fais à coté ?

Ouai si tu veux.

Je joue aussi dans BRAN BARR qui est un groupe de metal celtique. On est en train de travailler sur un troisième album qui sortira quand il sortira, parce que c’est long, c’est long…

Parce que je suis tellement pris par TEMPLE OF BAAL que j’ai vraiment pas beaucoup de temps pour autre chose mais le prochain album de BRAN BARR est quelque chose sur lequel on a vraiment envie de travailler et je préfère qu’on prenne notre temps, qu’on fasse les choses bien et qu’on sorte un très bon album histoire de montrer, de faire quelque chose dont on soit fières. Qui sorte un petit peu du lot des groupes de pseudo folk metal là avec des synthés pourris là. Voilà !
Et j’ai également, j’ai aussi un groupe… enfin un projet solo de black metal très root qui s’appelle BLOODOFFER qui ressemble un peu aux tout tout débuts de TEMPLE OF BAAL. Pareil, je suis en train de travailler sur un prochain album, j’avais fait une démo et c’est en discussion avec un label. Mais je peux pas trop rien dire pour l’instant.
Et j’ai également CONVICTION qui est un projet de doom metal dans l’esprit premiers albums de CATHEDRAL, SAINT VITUS etc etc. Avec lequel j’ai sorti une démo il y a deux ans et sur lequel pareil je suis en train de travailler doucement… mais ça devrait sortir un jour (rires). Un jour.

Ben écoute je te remercie et je vais te laisser le mot de la fin.

Merci à toi Fred et merci à Guitariste-Metal. A bientôt.

TEMPLE OF BAAL
Facebook : https://www.facebook.com/Temple-Of-Baal-20135072962/?fref=ts
Site web : https://www.reverbnation.com/templeofbaal

BRAN BARR
Facebook : https://www.facebook.com/branbarr/?fref=ts
Site web : http://branbarr.bandcamp.com/

BLOODOFFER
Facebook : https://www.facebook.com/Bloodoffer/?fref=ts
Site web : https://bloodoffer.bandcamp.com/

CONVICTION
Facebook : https://www.facebook.com/convictiondoom/?fref=ts
Site web : https://convictiondoom.bandcamp.com/

Crédits photos :
Copyright Vertigo Photography
Copyright Photophobia Art
Copyright Born666

Interview réalisée par Fréderic Patte-Brasseur et retranscrite par Maedlyn.

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse