Comparatif Engl Ironball vs Mesa Boogie Mini Rectifier

0

Vous aimez le grain très particulier du Mesa Boogie Mini Rectifier et de l’Engl Ironball mais vous hésitez entre ces deux amplis utilisables chez soi ? Guitariste-Metal vous a préparé un article incluant une vidéo afin de vous aider à les départager !

Tout a presque déjà été dit sur ces deux têtes, mais elles n’ont jamais vraiment été comparées. Alors, toi qui envoies du gros dans ta chambre et headbang devant ta glace, mais aussi toi qui joues en groupe et qui as mal au dos à force de porter des packs de bières, lis bien ce qui va suivre !

Ici, deux continents s’affrontent. D’un côté l’Ironball qui vient d’Allemagne et de l’autre le Mini Rectifier, qui arrive tout droit de Californie.

Les deux amplis partagent la même ligne marketing, on nous vend du gros son, utilisable aussi bien en live qu’à la maison sans déranger Mamie. On va voir si tout cela est bien vrai.

Tout d’abord, un petit rappel des caractéristiques :

Mesa Mini Rectifier:

  • 2 canaux avec deux modes : canal 1, mode clean/pushed et canal 2 disto, mode vintage et modern.
  • EQ gain, basse, medium, aigu, présence et volume par canal.
  • Sélecteur 10W/25W par canal.
  • Boucle d’effet.
  • Entrée footswitch pour changer de canal.
  • Une house de transport et un footswitch fournis.
  • Vendue aux alentours de 1350€

mesa boogie mini rectifier

Engl Ironball :

  • 2 canaux, clean et lead
  • EQ basse, medium, aigu, présence commun aux deux canaux, gain par canal, volume canal Lead et master volume.
  • Powersoak 20W/5W/1W/0W.
  • Boucle d’effet
  • Sortie Line Out.
  • Sortie casque.
  • Entrée pour deux footswitchs doubles : changement de canal, boost, reverb et master volume boost.
  • Vendue aux alentours de 890€

engl ironball

Pour ce qui est du look, les deux sont classes. La Mini Rectifier reprend le design de ses grandes sœurs avec en plus un éclairage rouge, l’Ironball a un style différent des autres amplis Engl, mais il reste classe avec, lui aussi, un éclairage rouge et une façade qui laisse voir l’intérieur de la tête.

Le truc qui étonne avec ces têtes, c’est leurs tailles. Elles sont vraiment petites ! … alors forcément quand tu vas le poser sur ton baffle 4×12 … tes potes vont se payer ta tête ! Tu pourras leurs rendre la pareille à la fin du boeuf, quand tu partiras tranquillou avec la house de 5kg pour le Mesa et de 7kg pour l’Engl sous le bras, pendant qu’ils se battront avec leurs têtes de 30kg.

C’est bien beau tout ça, mais sinon ? Ils envoient ? Alors on branche ces lunchboxs et c’est parti pour envoyer du gros ! T’es déjà passé pour un naze parce que tu avais la plus petite… mais bon, comme on dit, ce n’est pas la taille qui compte !

Aucun problème pour jouer en groupe avec ces têtes. Même avec un batteur qui tape bien, elles se font entendre.

Son – Mesa Boogie Mini Rectifier

Pour ce qui est du son, pas de doute, la petite Mesa fait bien partie de la famille Rectifier. En mode Modern, on retrouve le son du canal deux du Dual Rectifier. Une grosse disto, puissance, riche en basses qui bavent un peu et avec ce grain rocailleux si caractéristique. Le niveau de gain n’est pas énorme mais il n’y en a pas besoin de plus tellement le son est puissant. Attention à la grosse différence de volume entre le mode Vintage et Modern. Pas de souci pour envoyer du metoooool bien méchant, il a tout ce qu’il faut pour. L’EQ est très précis et réactif, un vrai bonheur.

Le clean est aussi très bon et bien chaud. C’est un vrai son clair, il est possible de faire autre chose que les vingt secondes d’intro de ton morceau de Death ! En montant le gain, un crunch sympa arrive assez vite.

Finalement, il fait le méchant mais il est vraiment polyvalent.

Son – Engl Ironball

Engl nous propose une autre vision de Hi Gain. C’est Allemand, alors on a droit à de la rigueur et de la précision ! Voilà comment sonne la disto. Droite et précise, quel que soit le gain. Il en a d’ailleurs plus à revendre que son concurrent et son grain est plus serré. Le boost, plutôt que d’augmenter le volume, compresse un peu plus le son.

Le principal problème de la tête est son EQ qui n’est pas des plus précises. Sans rajouter d’effet, on tape déjà dans le gros son genre Lamb Of God, pour le reste il manque un petit quelque chose. Il suffit de rajouter un EQ dans la boucle pour briser les chaines du monstre ! Et c’est parti pour n’importe quel style !

Le son clair est magnifique et la reverb intégrée lui donne un peu plus de corps. Il est par contre très sensible au signal d’entrée et a tendance à vite cruncher. Celui-ci est d’ailleurs agréable, bien que, quand même franchement moderne. Ce n’est pas Orange non plus !

Comparatif Engl Ironball vs Mesa Boogie Mini Rectifier

Mais une fois à la maison ? Qu’est-ce que ça donne ? On vient d’impressionner ses potes à la répet’, est-ce que Mamie va aussi approuver ?

Avec l’Ironball, Mamie est aux anges ! Engl a mis un powersoak pour changer la puissance du monstre. Le mode 5W n’altère pas du tout le son, que du bonheur, il suffit de baisser un peu le master et Mamie ne renverse pas son thé. En mode 1W le son perd en agressivité et semble un peu étouffé. Mais rien de bien grave, une action sur l’EQ corrige rapidement le problème. Encore trop de bruit ? Il est possible de jouer au casque ou d’utiliser la sortie LINE OUT. Dans les deux cas, le son clair est très beau, mais les distos sont moins convaincantes. Mais au moins, on ne dérange plus Mamie.

Engl offre donc la possibilité de jouer sans baffle. C’est pratique, ça permet d’avoir juste l’ampli sur son bureau, même si, soyons clair, c’est avec de vrais HP que cette tête est la plus convaincante.

Pour ce qui est du Mini Rectifier, ça se complique un peu. Pas de problème particulier avec le son clair. En 10W, il reste très bon, le crunch est aussi toujours bon. Le canal deux par contre… c’est moins cool. Comme il n’y a pas de master il faut baisser le volume du canal et du coup la disto diminue aussi. Puis 10W Mesa… ça ne va pas plaire à Mamie ! Ça semble faible, mais c’est déjà énorme ! La précision de l’EQ tant appréciée un peu plus haut ne semble pas aussi bien s’appliquer au volume. C’est vraiment dommage. Du coup, la grosse disto qui tabasse se transforme (en exagérant) en un gros fuzz.

Conclusion

Au final qu’est-ce qu’on retient ? Ces deux amplis sont de vrais amplis Hi-Gain qui ont tout ce qu’il faut pour assurer sur du métal avec deux grains vraiment différents. Mesa a sorti une tête vraiment polyvalente avec ces quatre modes. Celle d’Engl a un très beau son clair et des sonorités très modernes, par contre son EQ est un peu juste.

En utilisation, l’Ironball est beaucoup plus souple. Le master et le powersoak fonctionnent à la perfection. Le Mini Rectifier va demander plus de volume pour sonner et c’est frustrant de savoir que le gros son est là, mais que les lunettes de Mamie n’y résisteront pas. Ce problème peut être résolu en rajoutant un atténuateur externe pour pousser le volume.

Pour rappel le Mesa Boogie Mini Rectifier est vendu au tarif de 1350€, contre 890€ pour l’Engl Ironball, soit une différence de tarif de 460€.

A cela un atténuateur de puissance est vendu entre 200 et 300€, ce qui revient à plus 600€ afin de pouvoir utiliser le Mini Rectifier avec un volume sonore plus abordable, tout en gardant la même identité qu’à pleine puissance.

Il reste donc à voir si vous êtes prêts à débourser cette différence afin de pouvoir jouer sur un Mesa Boogie plutôt que d’opter pour l’Engl Ironball qui revient donc bien moins cher à l’achat et directement prêt à une utilisation en appartement grâce à son powersoak très convainquant.

 

 

Partager.

A propos de l'auteur

Gérant du site.

Laissez une réponse