Test du Mesa Boogie Dual Rectifier Solo Head

0

Franck nous fait part dans cet article de son expérience et de son appréciation de cette tête devenue mythique dans le paysage métal depuis 1991, la fameuse Mesa Boogie Dual Rectifier Solo Head. Amateurs de gros son et de grosse distorsion, cet article vous est dédié.

 

Mesa_boogie_Dual_rectifier_solo_head

Avant de commencer cette review, j’avoue avoir fait un tour sur le net afin de récupérer toutes les infos de base, du genre, nombre de canaux, positions, puissance, ohm, potard etc…..

Tout ça, pour éviter de ne les taper moi-même, flemmard moi ??? Non mais !!

Puis en voyant les milliers de réponses qui se répètent sur tout les sites dédiés, je ne vous cacherai pas m’être dit :
« Dans quel but ressasser encore et encore ce que l’on peut déjà trouver partout, et en à peine 19 secondes »
« Que puis- je apporter de nouveau à tout ce qu’y a déjà été dit ? »
En gros, rien de nouveau, si ce n’est peut-être, relater mon histoire avec cet ampli.
Mais je ne veux pas non plus en faire des tonnes, ni trop détailler, car, je sais comment les gens comme moi s’informent sur le net, on aime le clair, le court et le précis !

Cependant quel guitariste qui a plongé dans le métal n’a jamais rêvé de posséder une Mesa Boogie Dual Rectifier ? Certains ont eu une préférence pour ENGL avec son Powerball, d’autres avec le fameux 5150 de chez Peavey / EVH mais tout ce beau monde a également immédiatement pensé, un jour ou l’autre, à cette fameuse tête si utilisée dans le paysage du métal extrême.

Pour les plus curieux, et les plus nostalgiques, la marque Mesa Boogie est née de la création de Randall Smith. Ce dernier modifie pour blaguer un combo Fender Princeton (avec 4 hauts parleurs de 10″) en 1967 afin de voir quelle serait la limite de cet ampli une fois modifié et transformé en un combo 12″.
Après avoir changé le transformateur et d’autres pièces électroniques, Randall Smith fut en mesure de créer un amplificateur de 20 watts avec un haut parleur de 12″ d’une si bonne qualité qu’un guitariste local, Carlos Santata, dira alors la fameuse phrase “Man, that little thing really Boogies”.

Mesa Boogie est alors née et les deux cents premiers Princebon Boogies seront créées entre 1967 et 1970. Il faudra attendre 1991 pour que le premier Dual Rectifier fasse son entrée sur le marché et envahisse alors le paysage de la scène métal.

 

Pourquoi je t’ai choisi

 

Alors pour la petite histoire, ma première tête fut une TSL 100 de chez Marshall.
Pour le Métal que je jouais à l’époque, disons « extrême », cette tête au bout d’un an s’est très vite avérée limitée.
Autant en matière de présence, de coffre ou de puissance.

Mon choix de remplacement de ma TSL n’a pas été compliqué. Je ne vais rien vous apprendre en vous disant que la plupart des grosses pointures métal jouent ou ont joué sur Mesa.

La marque Mesa Boogie est réputée pour avoir une excellente distorsion. Cette distorsion est donc fréquemment utilisée par des groupes de métal notamment par CANNIBAL CORPSEDREAM THEATERLAMB OF GODMETALLICAANDY TIMMONSAL DI MEOLARAMMSTEIN KORN , SETH, etc. Mais aussi d’autres, qui ne sont pas à issues du milieu métal, tel que, OZZY OSBOURNE, SANTANA, RADIOHEAD,  etc…

A force de les écouter sur des albums ou en concert, je mangeais, je vivais, je rêvais Mesa Boogie !
Ah !!!!! Innocence de jeunesse quand tu nous tiens !

Et un beau jour de 2003, elle fut mienne, je sautai le pas et je décidai de prendre cette fameuse Mesa Boogie Dual Rectifier Solo Head.
Les premiers jours furent très jouissifs, je pris ce que l’on appelle une grosse claque, le kiffe total comme dirais les jeunes, bref j’étais heureux comme un gosse ! Et puis j’avais alors de quoi occuper mes grosses journées d’hiver.

Mesa Boogie Dual Rectifier version 2010

Mesa Boogie Dual Rectifier version anniversaire


 

Caractéristiques

– Fabriquée à la main aux Etats-Unis,
– 100W Class A/B; Lampes: 4x6L6, 5x12AX7, 2x5U4,
– Switch de sélection Bias (6L6/EL34),
– 3 canaux totalement indépendants avec 8 modes: (Canal 1=Clean/Pushed, Canal 2&3=Raw/Vintage High Gain/Modern High Gain,
– Contrôles indépendants par canal : Gain, Basses, Mediums, Aigus, Presence & Master,
– Contrôle de niveau de sortie générale, contrôle de niveau olo,
– Interrupteur ”Rectifier Select” (Tube/Silicon Diodes),
– Interrupteur ”Variac” = Bold/Spongy,
– Boucle d’effets parallèle assignable avec contrôles Send & Mix,
– Pédalier 5 interrupteurs (Canal 1, Canal 2, Canal 3, Solo et boucle d’effets), housse de protection.
– Poids & Dim : 18,5 Kgs ; 255 x 650 x 295 mm.

 


La tête possède trois canaux bien distincts avec plusieurs positions par canal, voici une brève description et ressentie par rapport à ces différentes positions.

3 Canaux

Canal 1 – clean avec deux positions.

* En clean position le clean que l’on obtient est plutôt sympa mais loin du cristallin d’un Fender.
* Avec la deuxième position, la “Pushed position”, le clean change pour se changer en un crunché sympa pour le rock’n’roll par exemple.

Canal 2 – distorsion avec trois positions.

Ici avec ce canal, on arrive dans la distorsion pure, ce canal est le seul de cette tête qui vous donnera un son crunch correct, à réserver donc à des styles plutôt heavy, hard blues, rock, blues, métal old school.

* Une position raw qui rend le son un peu “crade” avec un léger semblant de fuzz en somme.
* Une position vintage, un son fait pour sonner à l’ancienne, ouais ma gueule !!
* Une position modern, s’éloignant du crunch pour arriver dans le cœur du métal.

Canal 3 – distorsion avec trois positions. (si vous avez acheté Mesa pour faire du métal, c’est ce canal qu’il vous faut)
Cette distorsion est beaucoup plus compressée que la précédente avec une gestion du gain qui varie du plus sympa au plus horrible.
Autant vous dire que vous allez passer quelques temps pour trouver votre son et qu’il va vous falloir bouger chaque potard avec parcimonie, armez vous donc de patience .

*Position Raw (Pour les Trues, aimant la disto inaudible, plus sérieusement une distorsion typé black métal)
*Position Vintage (cette fois la distorsion est plus propre dans les aigus, idéal pour sortir les mélodies du mix)
*Position Modern (à utiliser donc pour des sons “modernes”, comme le Deathcore, Hardcore, Brutal, Grind et autre “metal moderne”)

 

Autant vous dire qu’avec ses trois canaux la Mesa Boogie Dual Rectifier est une tête assez polyvalente et peut vous tenir compagnie de longues années, malgré que vos styles de prédilections changent.
D’autant plus que niveau qualité, finition, robustesse, la bête est “Made In USA” c’est donc du solide ! Pour ma part je n’ai pas à m’en plaindre car elle est dans un très bon état malgré ses dix années passées.

Dual_Recto_head


 

Conclusion

 

Malgré tout le bien que j’ai pu dire au sujet de cette tête il faut quand même vous mettre en garde. Car oui, attention toutefois cette tête est faite en grande partie pour du concert ou de la répète.

Si vous souhaitez jouer seul chez vous dans ce cas optez pour du plus “soft” de chez Mesa Boogie, comme la récente Mini Rectifier, ou opter pour un bon atténuateur de qualité mais rajoutez alors encore au moins 300€ pour avoir un atténuateur de qualité comme ceux proposés par NOS.

Car comme tout ampli à lampes, sa force, son caractère et sa véritable puissance ne se dévoile uniquement qu’à gros volume ! Autant vous dire, et vous rappeler, que pousser un ampli de 100W à lampes en appart / maison est “impossible”, en plus d’être dangereux pour votre santé (surveillez donc l’état de vos oreilles).

Pour en finir avec cet article, je tenais à partager ma dernière expérience.
Ayant arrêté mon groupe de Black Death, et m’étant orienté vers un style plus Rock Stoner il me fallait donc clairement changer de son.
Et ce ne fut pas une chose facile !
Non pas que Mesa Boogie n’en est pas capable mais par contre mes habitudes, mon oreille, et mes réglages habituels, eux ont eu du mal à me faire entrevoir une autre couleur de son de mon Dual Rectifier.

Toutefois après maintes et maintes heures de tournage de potards, j’ai trouvé une palette de son assez sympathique, comme quoi savoir gérer un equalizeur peut être salvateur.

Autant le dire également, le potard Spongy – Bold à l’arrière de la tête est aussi un petit atout de cette tête.
Même si je dois avouer qu’au final je me suis orienté vers la pédale de distorsion  « HT DUAL » de chez Blackstar, cette pédale couplée avec le Mesa Boogie Dual Rectifier donne un résultat juste grandiose, on se croirait même par moment avec un Soldano ou un Bogner.

Récapitulatif

Les plus
–  Très bonne finition globale
–  Potards robustes (aucun craquement au bout de 10 ans)
–  Un design magnifique
–  LE Son pour du Métal (selon ce que l’on recherche)
–  Idéal pour en concert, en studio et en répète

 

Les moins
–  Un canal clean beaucoup moins puissant que les autres canaux (pensez à bien monter le volume et descendre celui des autres canaux)
–  Une distorsion typée “British” est presque impossible à réaliser
–  Le crunch trop typé US, un peu plus de polyvalence de ce côté-là aurait été un sacré plus !
–  Un réglage trop varié, un avantage qui en devient vite un défaut. Autant dire que l’EQ fait au moins son boulot.
–  Inutile pour jouer dans sa petite chambre.
–  Le prix, compter 2500€ pour la version actuelle neuve

 

Stack Mesa Boogie Dual Rectifier

Site web officiel : http://www.mesaboogie.com/index.html

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse