OBSIDIUM : Interview de Sylvain

1

Sylvain, guitariste de OBSIDIUM nous parle de son groupe de Modern Death Mélodique, cite ses influences et matériel et annonce le futur du groupe.

Salut Sylvain ! Pourrais-tu nous parler de ton projet, OBSIDIUM, et nous dire à quoi nous devons nous attendre ?

Salut Silenius ! Tout d’abord je tiens vraiment à te remercier pour cette interview !
Alors pour parler d’OBSIDIUM c’est un projet de Modern Death Mélodique qui a vu le jour en 2012, par Max (le batteur) et moi même. Niveau inspiration, nous la puisons de tous nos groupes favoris comme THE BLACK DAHLIA MURDER, VALE OF PNATH, OBSCURA, WRETCHED, etc…

Le groupe est relativement jeune et je n’ai pas pu trouver de site officiel. Est-ce sur les rails ? Préparez-vous un plan afin de faire connaitre OBSIDIUM au plus grand nombre ou voulez-vous plutôt rester dans l’ombre des montagnes Vosgiennes ?

En effet le groupe est plutôt jeune, nous avons mis pas mal de temps à stabiliser le line-up, et tout est encore à construire, mais je pense que les choses se feront d’elles-mêmes une fois l’album enregistré. C’est à partir de là que nous allons pouvoir vraiment crédibiliser le groupe et soigner son image et le rendre plus pro pour, je l’espère, escalader nos montagnes.

Les choses bougent ! A présent, changeons de sujet et parlons instrument. Comment es-tu tombé dans l’univers de la musique et de la guitare en particulier ?

Et bien je suis tombé dans le monde de la guitare vers mes quinze ans grâce à un pote lors d’une bringue autour d’un feu de camp, il jouait et chantait et ça m’a donné l’envie de m’y mettre. J’ai donc commencé par l’acoustique et je me suis mis à l’électrique un an après et j’ai découvert le metal en même temps.

obsidium2Quelles étaient alors tes influences ? Et aujourd’hui, ont-elles beaucoup changé ?

Je suis très vite tombé amoureux de la scène de Göteborg des années 1990, je suis un grand fan des groupes tels que DARK TRANQUILLITY, AT THE GATES, IN FLAMES, ABLAZE MY SORROW, etc, etc…,  ils ont énormément influencé mon jeu à la guitare. Mes influences se sont juste modernisées avec le temps et surtout américanisées car aujourd’hui les groupes qui m’influencent le plus sont THE BLACK DAHLIA MURDER, WRETCHED, VALE OF PNATH, etc…

Quel était ton matériel musical lorsque tu as débuté et quel est-il aujourd’hui ?

J’ai commencé l’électrique sur une guitare bas de gamme de la marque STORM et un ampli PEAVEY 15 Watt, ensuite j’ai enchaîné diverses autres guitares et amplis et j’ai vite découvert Schecter et aujourd’hui je ne joue pratiquement que sur ça. J’en ai plusieurs:
-Schecter Hellraiser Extreme C-1
-Schecter Hollywood Classic
-Schecter Black-Jack ATX
-Esp Horizon Custom
Et en amplification je joue sur un ENGL PowerBall première version et un baffle Marshall JCM 900.

D’ailleurs utilises-tu le même matériel sur scène ?
Oui j’utilise le même matériel sur scène.

OBSIDIUM est monté plusieurs fois sur scène en 2014-2015, peux-tu revenir sur ces moment-là ? Tout s’est passé comme tu le désirais ou as-tu des anecdotes à partager ?

Pas d’anecdotes croustillantes en particulier, les dates que nous avons fait se sont toutes bien déroulées, je pense que ça été assez révélateur du travail que nous avons durement fourni en répète, on a partagé notre première date avec le groupe THE WALKING DEAD ORCHESTRA. Ça été vraiment un plaisir de partager ce moment avec ces types-là, ils sont vraiment top !

Revenons à OBSIDIUM. Comment les morceaux sont-ils composés au sein du groupe ? Comment composes-tu les partitions de guitare ?

Je suis généralement à l’origine des bases de chaque titre, je fais toujours des démos des morceaux avec mon petit home studio mais j’apprécie que chacun puisse ramener ses idées car ce n’est pas un one man band. Comme je ne m’occupe absolument pas du chant, ça je laisse carte blanche à Yan car il a de super idées et il est très talentueux dans ce domaine !

Le premier EP est une autoproduction, est-ce un choix personnel ou une obligation ?

C’était surtout un choix en attendant de trouver les moyens de financer l’album, histoire de pouvoir faire écouter ce que nous faisons et pouvoir démarcher un peu plus facilement.

obsidium3

La page Facebook de OBSIDIUM annonce qu’un album est dans les rails. Ou en êtes-vous à présent par rapport à sa réalisation ?

Ce sera un album qui comportera huit titres déjà tous composés et maîtrisés, je pense qu’il sera brutal mais très mélodique à la fois.

Ce dernier sera-t-il également auto produit ou cherchez-vous un label afin de pouvoir réaliser l’enregistrement puis de bénéficier de leur force de marketing ?

Nous allons l’enregistrer au Boss Hog Studio (DOG’N’STYLE, DUNGORTHED) pour ne citer que les groupes du coin qui y sont allés. Le résultat sera sans aucun doute monstrueux en terme de production. Nous allons lancer une campagne de participation au projet début 2016.

Ce nouvel album va-t-il s’inscrire dans la continuité du premier EP ?

Ça sera la continuité et vous pourrez retrouver ces deux titres dessus mieux produits et sûrement avec quelques petites modifications !

Aurons-nous encore la chance d’entendre des mélodies de guitare acoustique dans cet album ou réserves-tu cela juste à quelques introductions de certains titres ?

Oui vous aurez le plaisir de retrouver l’intro de « Her Voices In Vain » mais les autres morceaux ne comportent pas de passage claire.

obsidiumTon niveau de guitare au sein de OBSIDIUM est plus qu’acceptable mais tu n’es pas sans savoir que la scène de « death metal melodique », ne serait-ce qu’en France, est déjà très remplie et contient également des guitaristes de talents (comme Alex et Jérôme de ATLANTIS CHRONICLES). Comment souhaitez-vous vous démarquer de tous ces groupes ? Ca te ne fait pas peur de savoir que tu seras un groupe, parmi tant d’autres ?

Oui en effet je suis conscient qu’aujourd’hui la scène Death mélodique est très fournie et comporte des musiciens très talentueux, mais ma vision de la musique n’est pas compétitive. C’est d’ailleurs ce que je reprocherais à la scène metal, c’est cette fâcheuse tendance au mesurage de bite et ce n’est pas forcément que dans la technicité que l’on fait de la bonne musique… Mais pour reprendre ton exemple des guitaristes de ATLANTIS CHRONICLES (qui est d’ailleurs un groupe que j’ai découvert pour la première fois sur scène et j’ai été heureux de constater qu’en France il y avait encore des groupes qui savaient se démarquer des autres) ils m’ont vraiment envoyé du rêve ce soir là et je ne peux que les encourager dans cette lignée. Donc pour répondre à ta question j’espère que OBSIDIUM se démarquera un jour ou bien puisse se faire un nom dans ce style, ce n’est juste qu’une question d’énergie que tu mets dans ton groupe et on en a revendre.

Le groupe est basé à Epinal, comment se porte la scène locale ? Est-ce difficile d’émerger pour un groupe de metal originaire des Vosges ?

La scène locale n’est plus aussi active qu’elle le fut à une époque, beaucoup de groupes avec énormément de potentiels se sont pétés la gueule malheureusement. Je ne te cache pas que c’est une région un peu sinistrée, où il est dur de trouver de bons musiciens libres, c’est pour ça que les groupes sont quand même un regroupant de consanguinité de musiciens. Ahah ! Mais après pour le fait d’émerger, aujourd’hui peu importe la région où ton groupe est basé, avec internet, une image bien soignée et la musicalité qui va avec, il est tout à fait possible de mettre ton groupe en avant.

OBSIDIUM prépare un nouvel album pour 2016 et pouvons-nous penser que vous seriez en tournée pour promouvoir cet album ? Un clip vidéo est-il également prévu ?

Nous projetons de monter une tournée d’au moins une dizaine de dates pour sa sortie mais tout ça reste encore à mettre au conditionnel.

La scène du death melodique a beaucoup évolué depuis ses débuts. Es-tu nostalgique des premiers albums du genre ou au contraire penses-tu que le death melodique, tout comme un autre style musical, se doit d’évoluer et de proposer un rendu différent, même si des fois cela est au détriment de l’aspect mélodique ?

Nan, je ne suis pas nostalgique, car je trouve que c’est un style qui a su évoluer dans le bon sens du terme avec son temps et je pense que l’évolution est une chose inévitable.

L’interview arrivant à sa fin, si j’ai oublié quelque chose, c’est le moment…

Je tiens à te remercier encore pour cette interview et de m’avoir permis de parler d’ OBSIDIUM. Continuez, toi et toute l’équipe de Guitariste-metal à laisser la parole à la scène underground, celle-ci a besoin de gens comme vous pour la soutenir!

OBSIDIUM

Page Facebook : https://www.facebook.com/Obsidiumdeathmetal
Crédits photos : Mellececilia.com  et Guillaume Bideau

Partager.

A propos de l'auteur

Gérant du site.

Un commentaire

  1. Pingback: OBSIDIUM : Interview de Sylvain par Guitariste Metal – LA SOURIS VERTE / LE BLOG

Laissez une réponse