SLATSHER : Interview de Hugo et Yan

0

Hugo et Yan, guitaristes au sein de SLATSHER, parlent du groupe, du futur album mais également de matériel.

SLATSHER 5

Salut les gars ! Merci de nous accorder cette interview. Comment allez-vous et comment se porte SLATSHER ?

Hugo : Hello  ! Ça va bien, actuellement SLATSHER se porte à merveille, nous avons un line-up bien en place et les compositions de notre deuxième album commencent à prendre forme.

Yan : Salut ! En effet Dimitri nous a rejoint à la basse depuis huit mois maintenant, il s’est intégré très rapidement, dès la première répète ça a roulé, faut dire qu’il était déjà un ami depuis un certain temps.

Pour les personnes qui ne connaissent pas encore votre groupe, pouvez-vous en faire un rapide historique ?

Yan et Hugo : Le groupe a vu le jour dans la ville de Jarny en 2007 au sein du collectif musical de Moncel, composé de Yan à la guitare, Mickaël à la batterie, Nicolas à la basse et Rémi au chant. On pratiquait un death-metal assez extrême et bruyant. Fin 2009, Hugo a intégré le groupe en tant que second guitariste. Au fur et à mesure des répètes et concerts, les compos ont pris une tournure plus progressive et mélodique jusqu’à l’aboutissement du premier album “Human Light Leakage“.
Peu après, Nicolas a quitté le groupe pour se consacrer à d’autres projets, il fut remplacé par Adrien puis par Eddy avec
lesquels nous avons enchainé des concerts dont quelques uns assez importants. Puis récemment, Dimitri est venu prendre la place de Eddy à la basse et vient illuminer notre chemin de son talent de compositeur puisque nous préparons activement le deuxième album.

A présent, parlons instrument si vous voulez bien : comment êtes vous tombés dans l’univers de la musique et de la guitare en particulier ?

Yan : Ayant une famille musicienne et un père batteur, j’ai eu l’occasion de voir plusieurs musiciens jouer chez moi car mon père répétait à la maison avec ses différents projets, allant du rock au jazz. L’envie m’a pris, j’ai débuté la guitare à
l’âge de 5/6 ans, j’ai commencé par le classique, puis à 10 ans j’ai commencé la guitare électrique tout en continuant la
guitare classique.

Hugo : Je dois également ça à ma famille. Quand j’étais petit, mes parents tenaient à ce que ma sœur et moi ayons une
activité sportive et une activité créative. Etant mélomanes, ils nous ont inscrit dans l’école de musique la plus proche
(dans laquelle enseignait le père de Yan, coïncidence !), j’ai choisi la guitare sans trop réfléchir. J’ai également toujours
participé à la chorale avec l’école. Plus tard, après quelques années de guitare classique, j’ai découvert le rock par mon
père et le metal par ma sœur et je me suis mis à la guitare électrique que je n’ai jamais lâché depuis.

Quelles étaient alors vos influences ? Et aujourd’hui, ont-elles beaucoup changé ?

Hugo : Le premier groupe “rock” que j’ai très largement écouté est AC/DC, je connaissais alors pratiquement tous leurs tubes à la guitare. Puis j’ai découvert le vrai metal avec PANTERA, dont le guitariste Dimebag Darrell a été mon idole et plus grande influence pendant de nombreuses années. J’aimais et je jouais aussi beaucoup de METALLICA et IRON MAIDEN (un parcours normal quoi !).

Aujourd’hui mes goûts ont évolué vers des styles plus extrêmes, une de mes grosses claques a été l’album
Epitaph” de NECROPHAGIST dont un des guitaristes Christian Muenzner (qui n’est plus dans NECROPHAGIST mais qui a joué dans OBSCURA, SPAWN OF POSSESION et bien d’autres tueries) est aujourd’hui une de mes influences majeures. Je me suis également ouvert au Jazz et à la musique classique.

Yan : Quand j’ai découvert le metal, j’ai écouté METALLICA, IRON MAIDEN, SLIPKNOT, KORN, HATE ETERNAL, et d’autres.
Maintenant j’écoute des choses différentes comme MESHUGGAH, THE FACELESS, KORN (je pense que ça ne changera jamais !), ANIMALS AS LEADERS, BEYOND CREATION, etc… Je me suis également ouvert à d’autres styles comme le jazz, j’aime beaucoup Miles Davis, Pat Metheny, Snarky Puppy (un big band que je conseille !) et d’autres.

SLATSHER

Quel était votre matériel musical lorsque vous avez débuté et quel est-il aujourd’hui ? Vous jouez sur Agile il me semble, non ? Pourquoi cette marque de guitare en particulier ?
Yan, tu viens de t’acheter un Axe FX II, peux tu nous expliquer pourquoi cet appareil en particulier ?

Yan : Lorsque j’ai débuté j’avais une Storm (sous marque) achetée dans un magasin de musique à Bar-le-Duc avec mon oncle, avec un Fender Deluxe qui lui était vraiment bien ! Pas longtemps après j’ai eu un combo Peavey Valveking et ensuite une tête et un baffle Hughes & Kettner Warp 7 que j’ai utilisés jusqu’en 2010. Puis j’ai eu une tête Fender MH-500 qui déménage bien ! Elle possède une énorme disto et un canal clair très joli, cette dernière accompagnée d’un baffle Mesa Boogie qui est très propre.
Effectivement dernièrement j’ai fait l’acquisition d’un AXE-FX II produit par Fractal Audio, j’ai décidé d’acheter ce
pré-ampli car c’est à mon goût le plus performant et le plus précis en terme de modélisation et simulation. J’ai envie de
bosser mon son afin de pouvoir trouver mon style qui me correspondra et créer des sons clairs spéciaux que je pourrai
utiliser en interlude en live ou sur le deuxième album par exemple.

Par rapport aux guitares là aussi ça a beaucoup changé, j’ai une Jackson Soloist série X, c’est du milieu de gamme mais je l’adore ! Une Bernie Rico Jr. Jekyll 624 et une Agile Interceptor 727, je les trouve toutes géniales ! J’aimerais juste
passer sur des micros Bare Knuckle Aftermath, ces micros ont une qualité énorme.

Hugo : Moi j’ai fait mes premières armes sur une copie de SG absolument abominable achetée sur une brocante, c’est à ce jour la pire guitare sur laquelle j’ai pu jouer, ce qui n’empêche pas que j’ai passé beaucoup de temps dessus. Aujourd’hui avec SLATSHER je ne joue pas sur Agile mais j’ai toujours utilisé une Cort X-Custom (et oui !) accordée en Drop Do, qui n’est pas du tout une guitare haut-de-gamme mais qui néanmoins marche très bien (deux humbuckers Seymour Duncan SH-2 Jazz en micromanche et SH-8 Invader en micro chevalet splitables, 24 cases, manche super-fin “à la Ibanez” et chevalet type Floyd Rose), et pour l’accordage 7 cordes en Drop Sol j’ai une Ibanez RGD2127z, manche baryton 26.5 pouces et chevalet Edge Zero 7avec ZPS. J’ai également une Ibanez Universe (UV777) pour l’accordage 7 cordes standard que je n’utilise pas avec Slatsher.

Pour ce qui est des amplis, j’ai commencé avec un petit combo Park (sous-marque de Marshall à l’époque) bien pourri aussi.
Aujourd’hui je suis sur un ampli tête + baffle Fender MH-500 (“MetalHead”). Un jour les gars de Fender s’ennuyaient et
quelqu’un a dû sortir “Tiens, si on sortait un ampli Metal Hi-Gain 500W 2-4Ω tout transistor ? Je suis sûr que ça se vendrait bien !”. Résultat, une distorsion de malade et un son clair cristallin, quelque soit la puissance sonore.

Merci pour ces précisions. Hugo, tu joues également dans FRACTAL UNIVERSE, tu peux nous en toucher deux mots ? Yan, aucune envie de ton côté ?

Hugo : C’est un projet de mon ami Vince Wilquin que j’ai rejoint il y a environ 2 ou 3 ans, mais qui s’est concrétisé
seulement fin 2014/début 2015 avec l’enregistrement et la sortie d’un EP qui contient quatre titres. Le groupe a ensuite joué une quinzaine de concerts et a également un album en préparation. Nous pratiquons un death technico-progressif à la OBSCURA, GOROD et compagnie.

Yan : Pour ma part j’ai déjà eu des propositions mais pour le moment je ne sais pas, j’ai peur de m’engager et de ne pas
réussir à gérer les deux.

SLATSHER 4Vous êtes un groupe encore relativement jeune mais vous avez déjà un photographe officiel attitré. Pouvez-vous nous parler de son travail par rapport à l’image que vous voulez donner du groupe ?

Hugo : Nous avons rencontré Marc par le biais de notre manager Yannick. En plus d’être une personne tout à fait gentille, il nous a fait des clichés de très bonne qualité et esthétiquement superbes. Je pense que cela aide à donner de la
crédibilité à un groupe.

Yan : Marc est un mec génial : lorsque l’on travaille ensemble, ça fonctionne tout de suite. Il fait de magnifiques clichés et plus on bosse avec lui, plus il fait de superbes clichés. Nous voulons donner une image du groupe propre, épurée et professionnelle le plus possible.

Il semble que vous avez des problèmes de line-up concernant le bassiste. C’est si difficile que ça de suivre vos lignes et de se caler sur votre excellent batteur ?

Hugo : Il est vrai que certains passages de nos morceaux ne sont pas toujours simples, il faut peut-être un minimum de pratique avant de pouvoir les rentrer correctement. Après le départ de Nico (basse), nous nous sommes un peu précipités à trouver son remplaçant pour pouvoir réenchaîner les concerts au plus vite, surtout que Nico est parti juste après la fin de l’enregistrement de l’album. De ce fait nous avons un peu négligé certains requis essentiels, ce qui ne nous a pas forcément amené à faire les bons choix. Nous sommes tout de même très reconnaissants envers Adrien et Eddy qui ont participé à l’édifice de SLATSHER. .

Yan : Oui, effectivement on a eu une période d’instabilité par rapport à la basse, je pense que c’est dû à des choix faits par précipitation, mais maintenant Dim a trouvé sa place au sein du groupe ! On peut aller de l’avant sereinement.

Revenons à présent un peu arrière. Vous souvenez-vous du premier concert que vous ayez vu ? Et du premier que vous ayez donné ?

Yan : Le premier concert que j’ai vu c’était quand j’étais très jeune (je ne marchais pas encore) avec mes parents. On allait voir beaucoup de jazz. Sinon le premier concert metal il me semble que c’était en 2005, X-VISION aux Trinitaires de Metz.

Hugo : Je ne m’en souviens pas ! Mes parents étant de grands amateurs de musique, ils m’emmenaient régulièrement voir des groupes dans des bars par exemple. Pour mes premiers concerts de metal, je m’incrustais souvent avec ma soeur et ses amis (je me souviens notamment d’un concert de DAGOBA et X-VISION en 2006). Et le Plein-Air de Rock de Jarny évidemment ! Le premier vrai grand concert de Metal auquel j’ai assisté était IRON MAIDEN à Bercy en juillet 2008. Le premier que j’ai donné (sans parler de l’école de musique et de la chorale de l’école primaire), c’était bien avec SLATSHER à Jarny en 2010 je crois, c’est bien ça Yan ?

Yan : C’est ça !

Concrètement, vu le niveau musical général du groupe, comment les morceaux sont composés dans SLATSHER ?

Hugo : Le premier album a été composé collectivement. En général on arrivait en répète avec quelques riffs, on les jouait pour voir comment ça sonnait, puis on faisait quelques arrangements, on cherchait d’autres riffs en temps réel etc… Rémi (chant) plaçait ses paroles par dessus ensuite. Pour le futur album, ça se passe différemment. On se pose avec une guitare et Guitar Pro, et on essaie de ne rien laisser au hasard (car quelques trucs ont dû être corrigés au moment de l’enregistrement de “Human Light Leakage” et on aimerait éviter ceci par la suite).

Yan : Mais la composition se fait toujours de manière collective, chacun amène ses idées .

SLATSHER 3

Vous défendez encore votre premier album en live (sorti en 2013), où en est le 2e album aujourd’hui ?

Yan : Oui nous défendons encore notre premier album, et nous sommes en pleine période de composition. Nous avons 4 ou 5 morceaux que l’on considère finis à cet instant, et 3 autres pas aboutis.

Hugo : Ça avance plutôt pas mal, l’arrivée de Dimitri (basse) a fait décoller l’avancement de la composition. Par rapport au
premier album, les morceaux évoluent vers un style un peu plus extrême et complexe, c’est en partie dû à l’utilisation de
guitares à 7 cordes accordées en sol grave (en découlent quelques éléments un peu djenty) et à la réflexion que l’on porte aux morceaux avant de les jouer. Bien sûr, ça restera du SLATSHER !

Quel est votre échauffement/entrainement standard à la guitare ?

Hugo : Pour ma part, des gammes et des arpèges, et des chromatismes en aller-retours, ça fonctionne pas mal. Jouer doucement les morceaux pendant quelques minutes marche bien aussi, il ne faut pas se presser.

Yan : Pour ma part je fais des déliateurs, par des schémas de gamme en changeant l’ordre des doigts (et avec le métronome), à chaque exercice d’échauffement je l’adapte à ce dont j’ai besoin ou par rapport à ce que je travaille.

Si vous aviez des conseils à donner à un débutant, quels seraient-ils ?

Yan : Il faut garder un rythme dans le travail de l’instrument, un peu tous les jours même si c’est que 30 ou 40 minutes,
l’important c’est la régularité. Il faut essayer de construire une bonne méthode de travail et toujours avec le métronome
surtout dans le metal où il faut être à 100% dedans.
Il faut travailler pour le plaisir mais pas tout le temps, il y a également les exercices les moins plaisants.

Hugo : Je dirais que quand on commence un instrument, il ne faut surtout pas aller trop vite, au risque de chopper des
mauvaises habitudes et des lacunes. Il faut jouer lentement et être assez exigeant sur ce que l’on joue, si il y a quelque
chose qui ne sonne pas il ne faut pas le négliger et s’efforcer de le corriger (je l’ai appris à mes dépens). Il faut aussi
attacher une grande importance au rythme et au placement rythmique, surtout dans le metal qui est une musique relativement rythmique. Des sextolets ne sont pas pareils que des triples croches !

L’interview arrivant à sa fin, si j’ai oublié quelque chose, c’est le moment…

Hugo et Yan : N’oubliez pas de pratiquer votre instrument tous les jours ! Et de changer vos cordes aussi (en écoutant du
SLATSHER )

SLATSHER
Facebook : https://www.facebook.com/slatsher?fref=ts
Bandcamp : https://slatsher.bandcamp.com/

Crédits photos : Marc EGENSPERGER

Interview réalisée par Geoffroy Lagrange et corrigée par Madlyn.

Partager.

A propos de l'auteur

Gérant du site.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.