NIHILISM : Interview de Seb

0

Nihilism, groupe lorrain, défend un Death Old School qu’il pratique déjà depuis quelques années. A l’occasion de la sortie de leur tout premier album, il était de bon ton d’en apprendre plus…
La parole est à vous Messieurs.

Salut et merci de nous accorder cette interview. Tout d’abord comment se porte NIHILISM après la sortie de son tout premier album ?

Séb Pasqualotto : Salut ! Merci à toi. Et bien, NIHILISM va très bien !
Nous sommes très heureux de l’accueil qu’a reçu l’album. Les retours sont très positifs !

Pour les personnes qui ne connaissent pas NIHILISM , pouvez-vous nous en dresser un rapide historique ?

Séb Pasqualotto : Nous sommes un groupe de Death Metal « Old School » de la région messine. Le groupe a été formé en 2009.

Nous avons enregistré notre 1ère démo (« Twelves Thousand ») en 2011, puis un split CD avec DEHUMANIZE (« Something Old, something new, something borrowed…”) en 2014.

Notre 1er album “Beyond Redemption” vient de sortir via Overpowered Records.

Vous avez sorti un clip en collaboration avec Sea Shepherd. Comment cela s’est passé et pourquoi cet engagement en particulier ?

Séb Scherrer : Quand Christian Brémont de Technical Spirit nous a proposé de tourner un clip, nous nous sommes mis à la recherche d’images pour l’illustrer. Nous avons contacté plusieurs associations pour la protection des animaux mais nous n’avons reçu aucune réponse. Nous avons donc contacté Sea Shepherd qui nous donné une réponse positive.

Après, le titre « Ocean’s War » a plus été choisi pour la musique que pour le message véhiculé. Nous voulions un titre accrocheur. Bien sûr nous avons une sensibilité pour le combat de Sea Shepherd et l’écologie en général et nous sommes très fiers d’avoir pu collaborer avec eux. Mais rien n’était prémédité.

Vous avez enregistré chez Damien du Psyrus Studio qui vous a fait un son cohérent avec votre musique. Qu’est ce qui a fait que votre choix s’est porté sur lui ? Des anecdotes à raconter sur l’enregistrement peut-être ?

Séb Pasqualotto : Nous avons connu Damien quand il jouait dans Absurdity avec qui nous avons partagé la scène à plusieurs reprises. Nous avons écouté quelques productions venant du Psyrus Studio et avons décidé de lui confier le mix et le master. Nous sommes très contents du résultat et du travail qu’il a effectué sur cet album.

L’enregistrement a été fait par nos soins, chez Christophe notre ancien guitariste.

La pochette de votre album est magnifique. A qui la doit-on ?

Séb Scherrer : La pochette a été réalisée par Vincent Fouquet de Above Chaos. Il a travaillé pour pas mal de groupes et nous avons toujours aimé ses artworks comme le dernier Inquisition par exemple. Nous avons donc naturellement pensé à lui. Et là aussi, vu la pochette, nous sommes très heureux d’avoir collaboré avec lui.

A présent, parlons instrument : comment êtes-vous tombés dans l’univers de la musique et de la guitare en particulier ?

Séb Pasqualotto : Je suis attiré depuis tout petit par le son des guitares saturées. Je me souviens de la première fois où j’ai entendu « I Was Made For Loving You » de Kiss et le « I love Rock n’Roll » de Joan Jett, je devais avoir 5 ou 6 ans. J’ai tout de suite adoré !

Ensuite, par le biais de diverses rencontres, j’ai commencé à écouter du métal. Ca a été crescendo, de « Maiden » à « Metallica », puis  « Slayer » et « Megadeth » et après, ça s’est emballé « Kreator » « Sepultura », « Obituary », « Entombed » ….

Stéph Hubert : En 1991, Christophe notre ancien guitariste a ramené du lycée une cassette avec dessus « And Justice For All « de Metallica. Et là !!! Scotché devant le poste.  S’en est suivi « Life after Death » d’Iron Maiden et tout comme Seb, Slayer, Megadeth, Obituary, Entombed …

Parallèlement j’ai tout de suite accroché avec la scène Black Métal, Black Ambient : « Bathory, Mayhem, Burzum, Dartkthone, Summoning, Ulver, Impaled Nazarene »…

Pour ce qui est de la basse, mise à part le son que j’adore et que je trouve indispensable dans une compo, j’ai choisi cet instrument car à l’époque c’était le bassiste qui manquait à notre projet de groupe.

nihilism_3

Quelles étaient alors vos influences ? Et aujourd’hui ?

Séb Pasqualotto : Lorsque j’ai commencé la gratte, j’étais très branché Thrash !

J’ai commencé par bosser des riffs de Slayer, Megadeth, Metallica…

Et puis un jour, un pote m’a fait écouter des groupes de death (Obituary, Death…). Ça a été la révélation !! J’ai immédiatement ré accordé ma guitare en SI, et j’ai repris des riffs de tous ces groupes du début des 90’s, qui sont encore aujourd’hui mes principales influences.

L’autre révélation a été la première écoute du « Left Hand Path » d’Entombed et ce son « Death Suédois », mais je sais que tu en parleras mieux que moi !! ; ) (voir notre article sur la Boss HM-2)

Stéph Hubert : Mes premiers riffs à la basse étaient basiques comme Powerslave d’Iron Maiden, Black Magic de Slayer et un peu plus travailler comme Anesthesia de Metallica, ainsi que pas mal de riffs black qui ne demandait qu’un simple balayage rapide au médiator.

J’ai toujours était musicalement très ouvert donc j’ai pas mal d’influences, cela va aussi bien « d’Obituary, Entombed, Cannibal Corpse, Bolt Thrower, Samael, Seth, Marduk » Qu’a « Mortiis, In the Wood, Summoning, Falkenbach, Dark Funeral, Ulver, Windir »….

Quand vous avez commencé, quel était votre matériel ? Et aujourd’hui, comment a-t-il évolué ?

Séb Pasqualotto : Etant gaucher, pour les guitares, c’est compliqué !

J’ai débuté la guitare assez tard vers 17 ans. Ma première guitare était une Aria Pro II Viper Série branché sur un Marshall 10 W ! (fallait bien commencer !)

Ensuite je suis passé sur un Marshall Valvestate 80W.

J’ai ensuite évolué vers une guitare Jackson Dinky et un pédalier BOSS GT3.

Après avoir essayé pas mal de modèles de grattes différents ( BC Rich, LTD…), je joue aujourd’hui sur une guitare Schecter Diamond Série – Hellraiser C7(LH) et une tête Marshall JVM 410.

J’adore les Schecter, et j’apprécie particulièrement les efforts fait par la marque pour développer de très bons modèles pour gaucher.

Stéph Hubert : J’ai commencé la Basse en 1992, j’avais 16 ans avec une Basse Vintage 4 cordes et un ampli Peavey combo,

Ensuite je suis passé sur Ibanez EDB 605 Série Ergodyne 5 cordes avec Ampli Trace Elliot GP7 150 Watts et pédale Zoom 506 Basse

Et Maintenant  Ibanez BTB 555 MP, Micro Bartolini MK 1 avec Tête Ampli Ampeg PF 800 et Baffle Ampeg Portaflex 4 HP 10 800 W

Vous souvenez-vous du premier concert que vous avez vu ? Et de celui que vous avez donné ?

Séb Pasqualotto : Oui, le premier concert de métal auquel j’ai assisté je m’en souviendrait toute ma vie, c’était Sepultura en 1992 pour la tournée « Arise » à Gentilly !!

Le son était si parfait !!

Le 1er concert que j’ai donné était avec Nemesis, mon ancien groupe de death en 2000 il me semble.

Séb Scherrer : Le premier concert de metal auquel j’ai assisté était Tiamat pour la tournée du « Wildhoney ».

Mon premier concert était avec mon premier groupe de Death en 92 qui s’appelait « Dissection » (rien à voir avec celui auquel tu penses…).

Stéph Hubert : Tout comme Seb, mon premier concert est Sepultura en 1992 à Nancy !!!

Le 1 er concert que j’ai donné été avec mon groupe de Black Metal « Funeral Holocaust » en 2000.

Comment se passe le processus de composition dans le groupe ?

Séb Pasqualotto : Au départ, Will (l’autre guitariste !) et moi maquettons des ébauches de morceaux plus ou moins structurées.

Une fois que l’on est tous d’accord sur les grandes lignes de la structure, on la retravaille en répète jusqu’à sa forme finale.

Séb Scherrer : En générale, le chant vient s’ajouter en dernier. On essaie d’enregistrer des pré prod dans la foulée.

L’album ne compte aucun solo, un parti pris assez radical. Pourquoi ce choix ?

Séb Pasqualotto : Pour cet album, nous voulions des morceaux accrocheurs, taillés pour le live. Nous ne sommes globalement pas très fan de faire obligatoirement un solo par morceau. Si la composition s’y prête, pourquoi pas, mais en mettre pour en mettre, ça n’a pas de sens pour nous!

Cela dit, il doit quand même en avoir 3 ou 4 sur l’album !

nihilism_cover

Avez-vous un échauffement/entrainement standard à la guitare ?

Séb Pasqualotto : Oui, je commence par me chauffer les mains sans guitare avec des exercices de mouvements de doigts pendant quelques minutes. Ensuite, je fais des montées et descentes de gammes en allant crescendo.

Stéph Hubert : Je m’échauffe très simplement, tout d’abord quelques lignes de compo avec beaucoup de cordes à vide. Ensuite j’incorpore quelques gammes et slap.

Si vous avez des conseils à donner à un débutant, quels seraient-ils ?

Séb Pasqualotto : Commence par travailler des morceaux de groupes qui te plaisent, mais par la suite, ne surtout pas hésiter à jouer des choses dans des styles différents !

Stéph Hubert : Comme pour la guitare, commence par apprendre quelques gammes !!! Comme pour la batterie, travaille au clic !!! C’est très important d’être juste à la basse car souvent tu ne joues pas les mêmes parties que les guitares d’où l’importance d’être dans les temps !

Juste après la sortie de votre album chez Overpowered Records, quels sont actuellement vos projets ?

Séb Scherrer : Nous sommes actuellement en recherche active de dates pour 2017 afin de promouvoir notre album.

Séb Pasqualotto : Nous commençons tout doucement à travailler sur de nouvelles compositions !

Merci à vous, cela clos l’interview !

Merci à Geoffroy Lagrange d’avoir réalisé cette interview.

NIHILISM
Page Facebook : https://www.facebook.com/nihilismdeathmetal/?fref=ts

Partager.

A propos de l'auteur

Gérant du site.

Laissez une réponse